Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
ouverture officielle de watr n'hésitez surtout pas si vous avez des questions, à vous adresser au staff.

merci de privilégier les liens recherchés par les membres, ici


Partagez
 

 take me along -- nora

Aller en bas 
AuteurMessage
✻ BONFIRE OF THE VANITY
Sophia Chamberlain
messages : 852
inscrit le : 10/10/2018
take me along -- nora Lxzo
age : trente-trois années, regard de velours, féline en attente de soif d'aventure. tu restes toi-même, cette femme aux airs hautains, âge ne laissant en rien présager ta véritable tranche.
statut civil : mariée à cet homme, beaucoup trop vieux pour toi.
job/métier : danseuse érotique depuis près de quelques années, beauté flamande de nuit. femme au foyer le jour, croqueuse de diamants.

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyLun 19 Nov - 11:23

Cette musique envahissait tes tympans, mélodie dangereuse pour ceux qui osaient entrer dans l'immeuble où se trouvait ce club de strip-tease dans lequel tu travaillais depuis quelques années déjà, soirées se ressemblant presque toutes. Tu adores danser, une des passions que tu possédais et ce depuis un long moment, que ce soit en sous-vêtement ou même avec tes vêtements, tu ne chialais jamais. Repoudrant ton visage avec ton maquillage, tes doigts se passaient dans tes longs cheveux blonds, bouclettes bien détaillées, regard de braise. L'argent que tu ramenais à tous les soirs, restait dans dans ce compte bancaire personnel, celui dont personne ne connaissait l'existance et surtout, dont ton mari ne pouvait croire possible. Ton métier restait un secret, sachant que l'homme qui partageait ton lit depuis quatre ans déjà, ignorait ce passe-temps, celui de montrer ton corps à ces hommes déchaînés, assis sur leurs fesses pendant de nombreuses heures, envie d'aller plus loin. Ambiance décontractée, presque silencieuse de ces soirées dans lesquelles tu avais habitude d'aller. Te voilà, posant tes pieds contre le sol, jetant un dernier coup d'oeil dans la glace, marchant jusqu'aux escaliers, montant au premier étage, là où se trouvait l'énergie dont tu as besoin. On t'appelle aussitôt, une musique donnant l'appel et te voilà, faisant quelques sourires et quelques clins d'oeil aux hommes qui t'observaient. Étant habile sur ses talons hauts, tu décides de monter les quelques marches jusqu'à arriver au palier supérieur, commençant à danser, trémoussant ton corps contre l'un des poteaux de l'endroit. La musique te donnait de l'énergie, un feu brûlant en toi, qui se libère en peu de temps déjà. Passant tes mains dans tes cheveux, tu continues, corps en chaleur, prunelles épiant les lieux devant toi, cherchant même quelques âmes perdues jusqu'à observer une nouvelle danseuse, celle dont tu ne connaissais pas le prénom. Tu devais l'admettre, la jeune femme était mignonne, toi qui appréciait la compagnie de la gente masculine, ton corps frémissait en remarquant les mouvements qu'elle offrait aux hommes présents. Tentant de ne pas être déconcentrée par cette perle, ton corps bouge de plus en plus, faisant un tour sur toi-même, laissant quelques sifflements à ton égard, au final, descendre dès que ton tour fut terminé. Demandant un verre lorsque ton quart de travail fut terminé, tu observes la jolie brunette, non loin de toi, accoudée elle aussi au comptoir. Un aimant, celui dont tu ne peux décrire en toute circonstance et te voilà, marchant jusqu'à ses côtés, détournant le regard vers cette dernière. Je ne t'ai jamais vue ici, nouvelle ? Histoire de faire la conversation, en savoir un peu plus sur elle, la connaître, surtout la détailler du regard.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t845-love-run-s-out
it's like screaming. but no one can hear.
Nora Hortega
messages : 1105
inscrit le : 02/11/2018
©tumblr
age : twenty-three
statut civil : je suis encore là, avec toi. je ne suis nulle part d’autre qu’avec toi.
job/métier : waitress

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyLun 19 Nov - 13:16

♬ ♪

c'était ton premier soir ici. la première fois que tu foulais les marches de ce club de strip-tease. on t'indiquait la direction des vestiaires, pour que tu puisses aller te préparer, avec toutes les autres. mais tu disais pas un mot, nora. t'avais besoin de te concentrer, de te faire à l'idée de débuter ce nouveau chapitre dans ta vie. t'avais plus le choix. tu devais travailler plus, et les quelques shows privés que tu faisais pour les hommes puissants de manhattan ne te suffisaient plus, pour réussir à joindre les deux bouts. t'arrives dans les coulisses, là où une vingtaine de femmes s'activent pour le spectacle à venir. tu les regardes, mais tu demeures silencieuse. t'avais pas envie de faire amie-amie avec ces filles là, tu voulais pas t'impliquer, ni apprendre à les connaitre. juste faire ton travail, puis te barrer. alors tu te prépares avec attention, comme à ton habitude, tu fais cet épais trait de liner sur tes paupières, tu mets ton rouge à lèvres nude, ainsi que ton blush aux reflets opalescents. t'enfiles la tenue qu'on t'a fourni, ou plutôt les dessous. puis t'attends ton tour, comme tout le monde. tu soupires, tentes de te rassurer et de surmonter ton trac. parce que t'avais jamais eu un aussi grand public, tu connaissais que les petits comités, et ça te faisait appréhender. alors une fois appelée sur scène, tu devais leur en mettre plein la vue, parce que t'étais professionnelle dans ton travail. tu glisses à pas de loup jusqu'à l'une des barres de pôle dance, prête à affronter la foule en délire. et là tu oublies tout. ton identité, ta vie, celle que tu es réellement. tu deviens une autre. rien que le temps de ta prestation. ton corps se mouve sensuellement autour de cet objet de paradis, tu prends plaisir à sourire à ces mâles assoiffés de chair fraîche, tu leur adresse quelques clins d’œils discrets. puis t'es attirée par ces hommes qui sifflent à l'autre bout de la salle, et tu la découvres. une blonde flamboyante, rouge à lèvre carmin, chevelure de sirène. aussi agile qu'une naïade le serait dans l'eau. t'en as presque le souffle coupé tant elle est belle. pourtant les femmes, c'est pas dans tes préférences. mais elle a ce petit je ne sais quoi, qui la rend spéciale. alors tu détournes tes prunelles azuréennes, et tu te reconcentres sur les clients, qui hurlent à chaque mouvement que tu exécutes. tu termines ta danse, le public est en ébullition après votre passage. c'est le moment de te poser quelques minutes. tu la revois dans ton champ de vision, cette nymphe envoûtante, et tu décides de la suivre, sans pour autant l'approcher. tu t'accoudes un peu plus loin sur le comptoir, demandes un verre au barman. une tequila pure, rondelle de citron. tu le remercies lorsqu'il te tend le verre, puis tu détournes le regard en entendant cette voix mélodieuse près de ton oreille. c'était elle. tu la détailles, elle et ses courbes affriolantes, ses iris incandescents qui pourraient te faire devenir dingue si tu les fixais trop longtemps. tu souris à ses mots, hoches la tête à sa question. " nouvelle. pas dans le milieu. mais c'est une nouveauté pour moi de travailler dans un club. " dis-tu en te tournant un peu plus vers elle. t'aurais jamais pensé que quelqu'un viendrait te taper la conversation, surtout une autre danseuse. " tu viens me souhaiter la bienvenue, c'est ça ? " dis-tu, armée de ton sourire malicieux, levant ton verre pour trinquer avec elle.

@Sophia Chamberlain


© sign by .lollipops, gifs by me.
je donnerais ma vie pour la tienne
puisqu’elle est courte
incertaine et si fragile
puisqu’elle ne me laisse au fond aucune idée du temps qu’il me reste
puisque tu es le sens de la mienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t1110-wake-me-up-when-september-
✻ BONFIRE OF THE VANITY
Sophia Chamberlain
messages : 852
inscrit le : 10/10/2018
take me along -- nora Lxzo
age : trente-trois années, regard de velours, féline en attente de soif d'aventure. tu restes toi-même, cette femme aux airs hautains, âge ne laissant en rien présager ta véritable tranche.
statut civil : mariée à cet homme, beaucoup trop vieux pour toi.
job/métier : danseuse érotique depuis près de quelques années, beauté flamande de nuit. femme au foyer le jour, croqueuse de diamants.

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMar 20 Nov - 9:24

Avec les années, tu connaissais toutes les danseuses, posant leur joli minois sur la piste de danse, celles qui offraient le plaisir de la vue aux hommes qui se pointaient régulièrement dans cette boîte, bavant presque sur certaines d'entre elles, dont toi. Un métier totalement inconnu aux yeux d'autrui, métier dont tu devais cacher, afin de n'avoir aucunes représailles face à ton cher mari, celui qui t'offrais un toit ainsi qu'un compte bancaire bien garni. Tu agis en véritable croqueuse de diamants, sans aucun sentiment à son égard, coeur enchaîné à l'intérieur de ta poitrine, celui qui ne voudrait être laissé entre de mauvaises mains, ligoté comme dans un film américain. Aucun homme n'avait réussi à pénétrer à l'intérieur de ta cage dorée, sentiment renfloué au plus profond de ton être, gente masculine ayant le simple plaisir de poser leurs yeux sur ton corps et rien d'autre. Cette vue, jeune femme dansant en même temps que toi, inconnue dans le milieu, certainement nouvelle dans la boîte de strip-tease. Cela ne te ressemblait guère d'être attirée envers une femme, préférant mieux les hommes à ces relations houleuses qui ne menaient jamais à rien et pourtant, elle t'avait tapé légèrement dans l'oeil. À la vue des sifflements de ces hommes, face à la jolie demoiselle, dansant contre cette barre métallique, une certaine pointe de jalousie venait à faire surface, sentiment incontrôlable et déchirant ta poitrine à cet instant. Danse terminée, faisant quelques sourires à ces hommes qui allaient certainement te donner un énorme pourboire ce soir, te voilà, marchant jusqu'au comptoir, face au barman qui t'attendais avec un verre en face de toi. Remerciant ton homologue avec ce petit sourire se voulant amical, tes prunelles scrutent autour de toi, observant les autres femmes reprenant le flambeau, dansant sur cette même scène sur laquelle tu te trouvais il y a quelques minutes de cela. Ton regard se pose finalement vers cette danseuse qui t'avais tapé dans l'oeil, celle qui dansait merveilleusement bien ceci dit en passant et te voilà, telle une grande féline, marchant d'un pas décidé jusqu'à elle, posant ton verre contre le comptoir. Les questions fuselaient ici et là, prenant ces informations, copiées dans ton esprit. Si tu bouges comme tu viens tout juste de le faire, tu risques fort bien d'apprécier cet endroit Hommes compris dans le lot, tout comme toi, ce regard posé vers cette jolie demoiselle, beaucoup plus jeune que toi mais dit-on que l'âge n'avait pas d'importance. Empoignant le verre, traînant contre le comptoir, tu l'approches de ta bouche, petit sourire contre tes lèvres lorsque la jolie inconnue te demandait, si tu en venais aux énonciations de bienvenue. Évidemment Souffles-tu, trinquant avec cette dernière, plongeant tes orbes océan dans les siennes, attraction connue de ce monde, celle que tu ne peux contrôler à cet instant présent. Venant à ne contrôler aucun de tes gestes, tes yeux la détaillaient du regard, de haut en bas. Allait-elle te trouver étrange, de réagir de la sorte avec une demoiselle que tu venais tout juste de rencontrer ? Je suppose que tu possèdes un prénom, moi c'est Sophia Petit clin d'oeil pour amorcer le tout, tu viens donc à approcher ton verre de ta bouche, doux liquide glissant le long de ta gorge, accro à l'alcool des dieux, drogue depuis ton adolescence et qui avait maintenant, garder le cap en toi. Étant du genre très entreprenante, ta main se glisse contre sa cuisse dénudée, ses sous-vêtements étaient attirants, ceux qui lui allaient à ravir. Les petites heures du matin arrivaient rapidement, ton mari devait certainement t'attendre à la maison familiale et pourtant, tu pourrais rester là, pendant plusieurs heures, à te perdre sur ces courbes féminines qui étaient très attractives en un claquement de doigt. Ta main décrit une ligne, passant de sa cuisse jusqu'à ses fesses, venant finalement à terminer sa course dans le bas de son dos. Un frisson parcourut ton corps entier, alchimie palpable entre deux êtres, l'envie de découvrir une nouvelle facette de ta personnalité que tu refusais de croire, jusqu'à la vue de son être entier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t845-love-run-s-out
it's like screaming. but no one can hear.
Nora Hortega
messages : 1105
inscrit le : 02/11/2018
©tumblr
age : twenty-three
statut civil : je suis encore là, avec toi. je ne suis nulle part d’autre qu’avec toi.
job/métier : waitress

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMar 20 Nov - 13:43

l'ambiance que tu venais de découvrir ce soir te plaisait. t'aurais pas imaginé prendre autant de plaisir à danser ici, aux yeux de tous ces hommes en quête d'un spectacle majestueux. t'avais pas l'habitude de bouger ton corps devant autant de monde, mais tu te plaisais à les surplomber du haut de ta tour d'ivoire, dansant sous leurs iris captivés par la femme fatale que tu étais. les autres filles qui t'accompagnaient dans la salle étaient douées également, habiles de leurs mains et maîtresses de leurs corps de déesses. cette blonde avait su captiver ton attention. pourtant jamais tu ne l'aurais regardée en temps normal. est-ce peut-être cette ambiance tamisée, ces lumières rouges qui lui donnaient un air encore plus sauvage et intriguant ? tu pouvais pas l'expliquer. mais ton regard ne cessait de revenir jusqu'à elle, profitant des instants où elle se baissait vers ces hommes pour que tu puisses te perdre à la vue de son décolleté. mais tu tentais de te reprendre, parce que ça ne mènerait à rien de la convoiter, tout simplement. une fois ton show terminé, tu te diriges vers le bar où tu commandes une boisson avec les autres filles, comme si t'étais une habituée des lieux. puis t'es bientôt rejointe par cette blonde aux yeux de biche, s'invitant à côté de toi, posant son verre tout près du tien. " ta performance n'a rien à envier à la mienne, je t'assure. " dis-tu en souriant, la détaillant de haut en bas, avant de revenir à ses iris bleutés. parce qu'elle t'avait hypnotisée, lorsqu'elle était sur la scène. lorsque son corps se mouvait sensuellement à la vue de tous ces chiens, avides d'assouvir leurs pulsions les plus obscènes. elle trinque avec toi, avant de te détailler à son tour, sans se cacher, t’annonçant ce doux prénom qui vint résonner à tes oreilles. sophia. sophia. un sourire taquin vient naître sur la commissure de tes lèvres. " heureuse de pouvoir mettre un prénom sur ton joli minois. je m'appelle nora. " dis-tu amusée, laissant tes doigts caresser les contours de ton verre, posé sur le comptoir. t'avais comme l'impression qu'elle te faisait du rentre-dedans. mais tu connaissais rien aux femmes, alors peut-être que tu te trompais. peut-être qu'elles se comportaient toutes comme ça, dans cette boîte de dépravées. tu la quittes pas du regard, et tu sursautes presque au contact de sa main contre ta cuisse. tes prunelles lancent un rapide coup d’œil aux alentours, vérifiant si, dans ton champ de vision, quelqu'un vous observait. personne n'avait l'air d'y prêter attention. alors tu la laisses faire. tu la fixes de nouveau, t'empoignes ton verre, laissant ses doigts de velours glisser le long de tes courbes. s'arrêter jusqu'à tes fesses, pour finir par mourir sur le bas de ton dos. un frisson te parcourt l'échine, et tu ne peux refréner cette envie de te mordre les lèvres. comme si tu tentais de te contrôler, comme si tu ne voulais pas imaginer rien qu'un instant, céder à cette tentation. tu portes ton verre jusqu'à tes lippes assoiffées, bois d'une traite ce liquide qui te brûle délicieusement la gorge. tu croques dans ce citron, indispensable pour faire passer l'alcool. envoûtante acidité qui te fait esquisser une légère grimace. le jus qui coule le long de tes lèvres, tu la fixes, essuies ce ruissellement d'un revers de la main. " tu fais ça souvent ? " dis-tu, attrapant sa main baladeuse qui jouait sur ton corps, la serrant fermement le temps de quelques instants. tu la sondais, elle semblait imperturbable. t'arrivais pas à savoir à quoi elle jouait. ce qu'elle pensait. t'étais juste chamboulée. ton palpitant s'emballait, et la seule raison légitime à ces battements trop rapides, n'était pas envisageable. tu refusais de l'admettre. d'admettre qu'une femme puisse te procurer l'envie de la découvrir d'avantage. tu relâches ses doigts, puis vient égarer les tiens dans sa chevelure vénitienne. " tu m'intrigues beaucoup, sophia. "

@Sophia Chamberlain


© sign by .lollipops, gifs by me.
je donnerais ma vie pour la tienne
puisqu’elle est courte
incertaine et si fragile
puisqu’elle ne me laisse au fond aucune idée du temps qu’il me reste
puisque tu es le sens de la mienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t1110-wake-me-up-when-september-
✻ BONFIRE OF THE VANITY
Sophia Chamberlain
messages : 852
inscrit le : 10/10/2018
take me along -- nora Lxzo
age : trente-trois années, regard de velours, féline en attente de soif d'aventure. tu restes toi-même, cette femme aux airs hautains, âge ne laissant en rien présager ta véritable tranche.
statut civil : mariée à cet homme, beaucoup trop vieux pour toi.
job/métier : danseuse érotique depuis près de quelques années, beauté flamande de nuit. femme au foyer le jour, croqueuse de diamants.

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMer 21 Nov - 11:25

L'ambiance de l'endroit te donnait des ailes, oubliant tous ces problèmes que tu possédais avec ton mari, cette vie de croqueuse de diamants, celle qui s'était mariée avec un homme d'affaire louche, divorce qui lui ferait beaucoup trop mal dès que tu aurais engagé quelqu'un pour le déposséder de tous ses biens. Tes performances devenaient simples, ayant envie d'un petit plus dans ta vie, observant ces hommes qui te désiraient, ceux qui ne pouvaient pas te posséder et ce le temps d'une soirée. Rare sont les fois où tu as décidé d'approuver les gestes déplacés, venant d'un homme que tu connaissais ou qui t'étais totalement inconnus. Tu connais leurs prénoms, ceux qui viennent discuter en ta charmante compagnie, qui n'avaient de yeux que sur toi et c'est pour cela que tu as décidé à t'approcher de cette jolie brunette, nouvelle dans l'endroit. Ce besoin de nouveautés, ces courbes féminines qui te faisaient presque saliver, étant devenue comme tes clients, à l'instant même. La gente masculine avait toujours été dans ta tête, adorant ces torses musclés, cette carrure mais surtout, la voix virile allant avec le corps entier. C'est ce que tu appréciais et ce depuis de nombreuses années, sauf que de la voir ici, te faisait douter. Cela ne te ressemblait pas, et pourtant te voilà ici, posant tes prunelles vers les siennes. C'est gentil, je dois t'avouer que je fais ce métier depuis plusieurs années déjà Le regard de la nouvelle prodige, vient à se poser de haut en bas, détaillant ton corps par la même occasion, ce même regard que tu lui avais fait lorsque ses lèvres se sont posées contre son verre. Trinquant, posant une question au sujet de son prénom, celui dont tu avais envie de connaître pour les prochaines fois où vous alliez travailler la même soirée, ensembles. Une différence d'âge qui se voyait instantanément, toi qui passait le cap de la trentaine et la jolie demoiselle, semblant n'avoir que dans la vingtaine, soufflée de quelques années en plus. Certains diront que ce genre de relation était malsaine, d'autres se fichent particulièrement de ce genre d'informations sauf que cela ne t'as pas empêchée à te marier à un homme, ayant vingt ans de plus que toi. Nora, un prénom lui allant à ravir. Heureuse de même, chère Nora Clin d'oeil en signe d'approbation, disant cette vérité qui lui sautait aux yeux, surtout après les mouvements que ta main exerçait, curieuse de connaître cet endroit encore inexploré. Les femmes n'avaient pas été trop ton truc, bien que certaines d'entre elles, ces danseuses dans cet endroit, avaient tout pour plaire et que tu n'y a jamais vraiment porté attention. Mais Nora, était différente de toutes ces personnes auxquelles tu avais été confrontée depuis de nombreuses années, une tentation énorme, celle que tu ne devais toucher sans aucun prétexte et pourtant, tu le faisais. Ce sursaut te fit sourire lentement, venant à terminer son chemin contre sa chute de rein, caressant sa peau de poupée sous tes doigts. Tes lippes se déposent d'une manière sensuelle contre le verre, y perdant sa langue pour ne perdre une seule goutte d'alcool qui s'était laissée traînée sur ce dernier. Étrangement, non... Bien que je trouve cela plutôt agréable Tu ne mentais pas, cette vérité qui s'échappait de ton être tout entier, ce regard de braise dans le sien, peau dont tu ne peux t'empêcher de toucher une seconde fois, peau de poupée beaucoup trop parfaite sous tes doigts. Ton corps se réchauffait à ce contact, dès que sa main empoigne la tienne, petite nature. Attraction incontrôlée, elle lâche tout contact en une fraction de seconde, tu pouvais être triste ou malheureuse mais ton petit doigt te disait, que Nora avait envie de plus qu'un simple toucher, histoire de découvrir quelles sont les vraies intentions de l'une envers l'autre. Elle s'égare dans tes cheveux, longue tignasse dorée sous la lumière des rétros qui se propageaient à travers l'immense pièce dans laquelle vous vous trouviez toutes les deux. C'est la même chose pour moi... Et si, on allait dans un endroit plus tranquille Tu réponds tact au tact, sans vraiment te demander si cette chère Nora allait approuver ta demande ou si elle allait simplement se rétracter, trouvant que la situation allait beaucoup trop vite pour elle. Approchant ton corps du sien, tu empoignes donc ton verre dans ta main, avalant le liquide alcoolisé contre ta gorge, reposant celui-ci contre le comptoir. Regard ancré dans le sien, tu sais qu'elle ne pourra refuser cette offre, surtout lorsque tes lèvres se posent contre son cou, remontant jusqu'à son oreille, souffle chaud contre cette dernière. Si ça t'intéresses, je serai dans cette petite pièce Isoloir, seul, là où personne n'allait venir vous emmerder. Te reculant d'un mouvement drastique, tu viens donc à marcher de cette démarche de féline, repoussant le long rideau qui se referme derrière toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t845-love-run-s-out
it's like screaming. but no one can hear.
Nora Hortega
messages : 1105
inscrit le : 02/11/2018
©tumblr
age : twenty-three
statut civil : je suis encore là, avec toi. je ne suis nulle part d’autre qu’avec toi.
job/métier : waitress

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMer 21 Nov - 17:25

sa façon de bouger, de se déhancher au rythme de la musique. ces jeux de regard qu'elle instaure avec sa clientèle, tout porte à croire qu'elle faisait ce job là depuis toujours. telle une prédatrice, elle veille sur ce troupeau de bête à ses pieds, qui n'attend qu'un geste de sa part pour tomber en fumée. elle pouvait les réduire en cendres, si elle le désirait, tant elle avait de la prestance. et cette audace dont elle faisait preuve, dans sa façon de marcher, de te parler même, dans sa manière de te détailler comme si tu étais sa proie. à ses mots tu souriais, arquais un sourcil. " si tu m'avais dit le contraire, je ne t'aurais pas crue. " tes iris amusés viennent la sonder un peu plus. elle avait l'air trop entreprenante pour n'être qu'une débutante. trop sûre d'elle pour en être à son coup d'essai. on voyait le vécu, dans cette femme délicieuse qui semblait avoir quelques printemps de plus que toi. mais la différence ne te gênait en rien, puisque tu ne comptais pas pousser cette relation plus loin. t'étais juste intriguée, par cette lionne aux traits si fin, par sa voix enchanteresse qui venait lentement s'infiltrer dans tes oreilles. elle te fait un clin d’œil lorsque tu lui dévoiles ton prénom, puis elle vient détailler tes courbes, marquer les contours de ton corps élancé. tu la laisses faire, tu tentes de comprendre son petit manège, tu sais pas trop où elle veut en venir en s'engageant sur ce terrain glissant. parce que toi t'es attirée par les hommes. uniquement les hommes. c'est cette phrase que tu te répètes en boucle depuis quelques secondes, lorsque tu sens sa main te caresser, puis venir se nicher dans le creux de ton dos. c'est rien, respire nora. ton corps se crispe après son passage, comme si elle réveillait en toi quelque chose que tu tentais de refréner à tout prix. tu bois ton verre de tequila d'une traite, comme pour chasser ce spectre qui vient peu à peu te hanter. elle n'est qu'une illusion. un doux songe qui s'évaporera à l'aube. tu croques dans ce citron qui éveille tes sens, tu tentes de revenir à la réalité. elle n'est rien. rien qu'un moment d'égarement. tu lui demandes alors, si elle fait souvent ce genre de choses. elle te répond qu'elle trouve cette façon d'apprendre à te connaitre agréable, et ne se cache pas pour te dire que ce n'est pas dans ses habitudes. alors tu lui adresses de nouveau ton sourire malicieux, tentant de sonder ses prunelles en lui parlant plus sérieusement. " pourquoi moi ? qu'est-ce que j'ai de plus qu'une autre ? " tu voulais comprendre. tu voulais savoir pourquoi elle avait jeté son dévolu sur toi. pourquoi elle s'évertuait à mettre tous tes sens en alerte. et pourquoi ça te faisait autant d'effet, alors que tu n'étais pas attirée par ce genre de tentation, en temps normal. tant de questions sans réponses, auxquelles tu rêverais de pouvoir répondre. tu viens attraper sa main fermement, qui se promenait toujours sur ta peau veloutée. son contact t'électrise, mais tu l'arrêtes brusquement, préférant égarer tes doigts dans sa chevelure de naïade. sa question t'interpelles, elle veut que tu migres avec elle vers un coin plus tranquille, à l'abris des regards indiscrets. est-ce réellement une bonne idée ? ou une délicieuse embuscade qu'elle te tend, pour venir mieux s'emparer de la pureté de ton âme ? tu demeures silencieuse, tu sais pas si tu dois la suivre ou s'il vaut mieux que tu repartes en coulisses. tu sais bien que c'est pas raisonnable, nora. mais tu peux pas t'empêcher d'être attirée par ce goût d'interdit, cette envie de découvrir ce qui se cache de l'autre côté du miroir. elle termine son verre, vient le faire claquer contre le comptoir. puis ses lèvres s'approchent dangereusement de ton cou, son souffle tout près de ton oreille te rend fébrile, t'es comme hypnotisée. la belle t'indique où tu peux la rejoindre, si l'envie te prend. alors tu hoches la tête à sa proposition, et tu plonges à nouveau ton regard dans le sien, lorsqu'elle te fait face. tu la regardes s'enfuir un peu plus loin, vers l'endroit de paradis où elle souhaitait t'emmener. tu soupires, nora. tu sais pas quoi faire. partagée entre cette envie de braver les limites, et celle de rester sage et raisonnable, comme tu l'as toujours été. alors tu lèves la main pour que le barman te resserve la même chose. tu restes quelques minutes devant ton verre, tu dis rien. t'hésites à partir la rejoindre. parce que tu sais pas ce qui t'y attends. t'as peur de plus vouloir en sortir, de plus réussi à t'échapper de ses griffes de tigresse. tu portes le verre à tes lèvres, bois plusieurs gorgées d'alcool qui te brûlent l'intérieur. puis tu mords ce quartier de citron. même chanson. pour te donner un peu plus de courage. t'essuies le jus qui coule sur tes lèvres, tu reposes le fruit au fond ton verre vide. tu passes la main dans tes cheveux, tentes de te refaire une beauté, alors que t'es déjà parfaite.  que c'est comme ça que tu lui as plu. tes talons claquent sur le sol du club, t'avances d'un pas décidé en direction de ta belle. tes mains viennent écarter ce rideau, tu t'engouffres dans cette pièce calfeutrée, puis tu le laisses se refermer derrière toi. elle était là, toujours aussi attirante. les effluves d'alcool commencent à te faire tourner la tête, mais t'essaies de pas perdre le nord. t'essaies de rester consciente de ce que tu t'apprêtes à faire. tu la fixes, d'un air sérieux, puis tu croises les bras autour de ta poitrine. " t'attends quoi de moi sophia ? " demandes-tu, avec assurance. parce que t'avais besoin de trouver les réponses à tes questions.

@Sophia Chamberlain


© sign by .lollipops, gifs by me.
je donnerais ma vie pour la tienne
puisqu’elle est courte
incertaine et si fragile
puisqu’elle ne me laisse au fond aucune idée du temps qu’il me reste
puisque tu es le sens de la mienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t1110-wake-me-up-when-september-
✻ BONFIRE OF THE VANITY
Sophia Chamberlain
messages : 852
inscrit le : 10/10/2018
take me along -- nora Lxzo
age : trente-trois années, regard de velours, féline en attente de soif d'aventure. tu restes toi-même, cette femme aux airs hautains, âge ne laissant en rien présager ta véritable tranche.
statut civil : mariée à cet homme, beaucoup trop vieux pour toi.
job/métier : danseuse érotique depuis près de quelques années, beauté flamande de nuit. femme au foyer le jour, croqueuse de diamants.

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyJeu 22 Nov - 10:33

Certains te voyaient comme une femme de joie, celle qui n'avait qu'à cligner des deux trois fois pour que l'homme ne lui tombe dans les bras, hypnotisé par ce regard de vile prédatrice. Dès que tes prunelles se sont posées contre ce corps divin, dansant à quelques mètres non loin de toi, ce fut comme un choc qui parcourut ton corps entier, une décharge électrique. Si quelqu'un t'avais dit qu'une femme te ferait autant d'effet que cela, tu ne l'aurais pas cru. Comme si tous ces problèmes qui émanaient de ton esprit à cet instant précis, venaient à s'évaporer en une fraction de seconde, ta tête ne fonctionnant plus et tes idées ne semblant plus se montrer aussi lipides qu'elles ne l'avaient été par le passé. Ce métier, ces femmes dansantes contre une barre métallique et même ces hommes, friands de demoiselles en petite tenues, étaient devenu ta seconde famille, celle pour qui tu ne l'échangerais pour rien au monde. Je ne ment jamais Tu détestais ne pas dire la vérité, toutes ces personnes tentant de cacher leur véritable identité, ne jamais divulguer qui ils étaient, te faisait mourir de rire et tu te demandais même comment ces dernières faisaient pour se regarder dans la glace le lendemain matin. Nora ne te connaissait pas, elle ignorait quels sont les traits de caractère que tu possèdes et elle devra très certainement apprendre à vivre avec tes qualités et tes défauts, rare sont les personnes n'en n'ayant pas. Tes mains réagissaient sans ton consentement, tes doigts, caressant la moindre parcelle de peau que tu pouvais toucher, cette attraction se voyant dans tes iris, ces lobes qui étaient accrochés à la jolie brunette à tes côtés. Elle était l'élue, celle que tu n'as pas hésité une seule seconde pour faire les quelques pas, tenter une approche discrète, qui s'est avérée être une véritable chasse à la proie, coeur battant à tout rompre dans ta poitrine, semblant de vouloir transpercer ta peau. Petite pècheresse, moment d'égarement tandis que tu sent sa main empoigner la tienne, te répétant que ce n'est qu'une passade qui risquait de s'essouffler avec le temps, les minutes étaient comptées. Tu aimes les hommes, et ce depuis de nombreuses années. Pourtant, cela ne t'empêchais pas d'approcher une déesse, courbes divinement sculptées dans le marbre, silhouette finement dessinée et tu te dis, que ce soir tu étais égoïste, ne voulant pas partager la jolie demoiselle assise à tes côtés, aucun homme n'allait poser une seconde de plus leurs prunelles sur ce corps. Il t'appartient, cette alchimie, maître de tous les désirs. Cette phrase te fit dessiner un léger sourire contre tes lippes, celles où ce verre se dépose délicatement, buvant le divin nectar, descendant le long de ta gorge, chaleur en bonus. C'est difficile à décrire le sentiment que je possède en ce moment Nora, j'aime les hommes et pourtant, lorsque je t'ai vu sur cette scène, je n'ai pas pu m'empêcher d'être instinctivement attirée Souffles-tu, mots sortant de ta bouche presque avec automatisme. Un livre ouvert, voilà ce que tu étais à cet instant même, ne pouvant aucunement t'empêcher de dire tout ce qui se passait à travers ta tête, sentiments sortant de ta bouche. Elle voulait comprendre, toi aussi et pourtant, se rapprocher d'une femme, ne faisait aucunement partie de tes choix de vie. Personne n'avait su posséder une telle attraction envers toi, que ce soit un homme ou une femme, tu t'étais toujours dit que personne ne pouvait te faire chambouler de la sorte, que tu étais loin de posséder tous tes moyens et pourtant, cette demoiselle avait su attirer ton attention. Cul sec, te voilà déposant les armes contre le comptoir, redressant tes longues jambes contre le sol, souffle chaud dans le creux de son cou. Ces mots sortaient contre ta bouche, mots anodins et qui avaient une énorme signification pour toi, histoire d'apprendre à se connaître dans tous les sens du terme. Tu la laisses seule, s'imaginant un nombre infini de scénarios dans sa tête, sachant si te suivre est une bonne idée ou non. Tu sais que Nora est éprise de toi, que malgré toutes ces questions trottent dans sa tête, elle fera un bon choix. Repoussant les deux rideaux de velours contre tes doigts, tu pénètres à l'intérieur de la petite pièce, musique de fond qui te donnait envie de bouger, posant tes fesses contre le petit canapé de cuir, dans lequel ces hommes avaient habitude de s'asseoir pour t'observer danser. Croisant tes jambes ensembles, ton regard était posé silencieusement contre ces mêmes rideaux de velours que tu as poussé il y a quelques minutes de cela, minutes devenant presque insupportables, sachant que la belle pesait les pour et les contre dans sa tête, se demandant si c'était une bonne idée pour elle de venir te rejoindre. Sourire se dessinant contre tes lippes au moment où ton regard croise celui de la jolie brunette en face de toi, tu te redresses, marchant de quelques pas silencieux, attendant une réponse de ta part. Je n'attend rien en retour mais... Phrase en suspend, tes doigts se posent contre ses bras, remontant jusqu'à sa nuque, déposant ces cheveux contre son dos, découvrant cette parcelle de peau que tu n'avais pas encore découvert tout à l'heure. Tu ne remarques pas, ce courant électrique qui passe, dès que je te touche... Tes lèvres se posent contre sa joue, déviant jusqu'à sa nuque que tu embrasses, laissant quelques petits baisers feutrés. De ce que je vois, tu es différente des autres femmes qui passent la porte ici et, ça me plaît Ton corps se presse automatiquement contre le sien, tu lâches son cou, reposant ta tête droite, lobes creusés contre les siens. Tu attends sa réponse, tentant de lire dans ses pensées, entrer au plus profond d'elle...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t845-love-run-s-out
it's like screaming. but no one can hear.
Nora Hortega
messages : 1105
inscrit le : 02/11/2018
©tumblr
age : twenty-three
statut civil : je suis encore là, avec toi. je ne suis nulle part d’autre qu’avec toi.
job/métier : waitress

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyVen 23 Nov - 12:54

t'aimerais comprendre. t'aimerais pouvoir définir cette attraction que vous ressentez mutuellement. tout ça te perturbe. parce que les femmes ne sont pas ta tasse de thé. t'as jamais essayé de fricoter avec l'une d'elle, t'as jamais été attirée par leurs courbes enchanteresses. alors tu comprends pas pourquoi tout d'un coup, elle vient chambouler tes pensées. elle balaie tes convictions, tes principes, en un claquement de doigt. telle la tornade blonde qu'elle était, elle faisait voler en éclats ta ligne de bonne conduite. t'avais envie de fauter. de tenter le diable ce soir. pourtant tu savais pas à quoi t'attendre. t'avais jamais été très téméraire nora, tu aimais la sécurité. mais rien que le fait d'imaginer découvrir son corps de déesse, te donnait des palpitations. comme t'en avais jamais eu. sophia t'avoue, sans passer par quatre chemins, que tu lui as tapé dans l’œil. bien qu'elle aime également les hommes. tu lu souris, restes silencieuse en méditant sur sa réponse. tu détestais être dans le flou, ne pas savoir sur quel terrain tu marchais. les hommes c'était ta zone de confort, une terre conquise où tu te plaisais à séjourner. mais les femmes, tu n'y avais  jamais songé jusque là. elle te perturbe. avec ses iris brûlants dans lesquels tu pourrais presque voir danser des flammes. elle t'allume, tente de faire monter la température pour que tu atteignes un point culminant. ce point de non retour où tu perdrais la tête. elle te touche, caresse tes formes pour te découvrir un peu plus, puis elle te propose de la rejoindre plus loin, à l'abri des regards, derrière ce rideau satiné qui laissait entrevoir un dénouement volcanique. alors tu t'élances à sa poursuite, tu rejoins cette nymphe à l'allure féline qui chamboule tous tes sens. elle se tient devant toi, assise sur ce canapé de cuir initialement dédié aux show privés. tu sondes ses prunelles cristallines mais tu ne t'avances pas plus, parce que t'as besoin d'avoir des réponses. elle se relève, vient te faire face, avant de laisser ses doigts se promener le long de tes bras. elle balaie ta crinière ténébreuse derrière tes épaules, puis vient caresser ta nuque de ses mains agiles. tu la quittes pas du regard. elle te demande si tu sens cette tension entre vous, ce courant électrique qui vient te foudroyer, à chaque fois que sa peau entre en contact avec la tienne. t'as pas envie de craquer, nora. tu veux pas céder à ses attentes. pas lui faire ce plaisir. t'étais sûre de toi. sûre de tes convictions en temps normal. alors pourquoi après ces deux verres de tequila tu te sentais comme prise au piège ? entre l'envie de te barrer et l'envie de la laisser te toucher un peu plus. tes sensations étaient décuplées. à son contact tu frissonnais, mais pourtant t'étais en sueur. t'avais chaud. elle faisait monter la température à son maximum. ses lippes malicieuses viennent déposer un chaste baiser sur ta joue, avant de glisser jusqu'à ton échine. tes paupières se ferment instinctivement, t'as du mal à respirer tant t'as l'impression d'exploser à l'intérieur. tu l'écoutes toujours parler, sans rien dire. tu laisses de nouveau tes prunelles revoir la couleur de ces lumières tamisées. tout ce rouge carmin qui ne vient qu'accentuer le jeu de séduction entre deux femmes. celui qui s'était installé entre vos deux âmes. son corps de poupée vient se recueillir contre le tien, et tu l'attrapes instinctivement de tes deux mains pour venir la bloquer. tu veux pas qu'elle s'approche d'avantage. " il faudrait être une imbécile pour ne pas le remarquer. " dis-tu fermement, tes yeux transperçants venant à la rencontre des siens. ton palpitant s'emballait de plus belle, t'étais même pas sûre de pouvoir continuer à supporter cette tension plus longtemps. " tu me connais pas. " grondes-tu, de ta voix qui se faisait plus sombre. vous étiez deux étrangères. deux inconnues. pourtant irrémédiablement attirées l'une vers l'autre, comme des aimants qui ne pouvaient réfuter leur magnétisme. tu lâches ses bras, vient empoigner ses cheveux de l'une de tes mains. tu tires lentement sa tête vers l'arrière, divinité qui se courbe, puis tu viens te fondre au creux de son cou, ton souffle dans son oreille. " j'aime pas les femmes. " murmures-tu en guise de confidence. fatalité à laquelle tu voulais te résoudre. foutaises que tu tentais d'étouffer. non. non, nora. t'avais pas besoin d'une fille comme elle. pas besoin d'un oiseau de nuit pour t'offrir la clé du paradis. ton nez frôle sa joue lorsque tu te recules, puis tu la relâches, tentant de nier l'évidence. tu la repousses, parce que tu préfères te voiler la face.

@Sophia Chamberlain


© sign by .lollipops, gifs by me.
je donnerais ma vie pour la tienne
puisqu’elle est courte
incertaine et si fragile
puisqu’elle ne me laisse au fond aucune idée du temps qu’il me reste
puisque tu es le sens de la mienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t1110-wake-me-up-when-september-
✻ BONFIRE OF THE VANITY
Sophia Chamberlain
messages : 852
inscrit le : 10/10/2018
take me along -- nora Lxzo
age : trente-trois années, regard de velours, féline en attente de soif d'aventure. tu restes toi-même, cette femme aux airs hautains, âge ne laissant en rien présager ta véritable tranche.
statut civil : mariée à cet homme, beaucoup trop vieux pour toi.
job/métier : danseuse érotique depuis près de quelques années, beauté flamande de nuit. femme au foyer le jour, croqueuse de diamants.

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMar 27 Nov - 9:58

Attraction palpable, attraction perdue et oubliée, il n'y a pas de réponses possibles, tête naufragée de ses propres images, idées nébuleuses. Courbes enchantées, nymphe de tous les désirs insurmontables que la vie te balançait au visage, tentant de peser le pour et le contre de la situation. Jamais n'avais-tu été attirée envers une femme, gente féminine toujours présente sur la piste de danse, corps bougeant au rythme de la musique, peau collée contre cet objet métallique, objet de désir. Elles ne possédaient en rien, le charisme qu'avait cette jolie Nora, petite poupée frêle, capable de se faire briser en une fraction de seconde. Le champ fut libéré, lui laissant possession de ses esprits, venir te rejoindre ou disparaître dans le chaos de la nuit, questions totalement insurmontables, perdue. Le cuir roulait contre ta peau, chaleur toujours présente, globes contre ce petit rideau de velours, doigts contre ce même divan, jusqu'à apparaître tes crocs sous l'éclairage, à la vue de Nora. Ce halo de lumière, collé contre son corps, ses formes devenant beaucoup plus alléchantes que tout à l'heure, cette envie d'aller plus loin, sentir son corps contre tes doigts. Tu frémis, te redressant contre tes pieds, marchant d'un pas souple, de féline, jusqu'à elle. Tes lèvres ne peuvent s'empêcher de se glisser contre sa joue, glissant contre son cou, tu laisses tes lippes s'évader, glisser jusqu'à sa nuque, espace vital d'une femme. Sa peau tremblait sous ce contact, sourire amusé se dessinant sur tes lèvres jusqu'à ce que ses mains empoignent les tiennes, cessant tout mouvement venant de ta part. Cette voix, devenue sombre du tout au tout, chaotique par certain moment, globes encré dans les siens. Elle te faisait presque rire, se refusant à tomber pour une femme, sentiment inespéré. Quelle bonne déduction Phrase sarcastique, légèrement impatiente, celle qui avait tout ce qu'elle voulait et pourtant, Nora ne se laissait pas faire, incapable de se laisser aller dans les bras d'une femme. Évidence saine, elle se voilait la face, incapable d'admettre que tu lui plaisais, sentiment d'égarement. Restant un long moment non loin d'elle, tes bras se croisent contre ton corps, palpitant contre ta poitrine, sourire charnu à tes lèvres. Doigts enroulant tes cheveux, tête se penchant vers l'arrière, frémissant toujours, frisson parcourant ton corps en entier, tu ne demandais qu'à être près d'elle et de ne pas partager pour cette nuit avec ces hommes marchant dans l'immeuble. Son souffle chaud s'abat ainsi contre ton oreille, agrandissant ton sourire contre ton visage. Cesse de nier l'évidence Nora, ça ne te va pas bien... Elle vient à te repousser, tentant de nier tout ce qui se passe, ces électrochocs en tes veines. Hors de question qu'elle te file entre les doigts, serres acérées, tenant fermement ce regard de sirène, se refusant à rester seule cette nuit, mari certainement au travail. Quelques mètres vous séparant toutes les deux, ignorant ce qui se passait à travers tout ton corps, tu marches ces quelques pas, posant tes mains contre ses épaules, faisant reculer son corps jusqu'au mur. Je n'aime pas les femmes et pourtant, je ne peux pas résister à l'envie de t'embrasser Nora Souffle chaud, paroles totalement érotiques, tu agrippes sa nuque avant de plaquer tes lèvres aux siennes, quitte à te faire repousser par cette jolie danseuse, tu te fichais de tout ça. Pressant ton corps au sien, ta main libre glisse le long de sa hanche, remontant jusqu'à sa poitrine, la frôlant, se délectant de ses courbes. Comment tu me plaît dis-tu entre deux baisers, le coeur battant la chamade dans la poitrine.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t845-love-run-s-out
it's like screaming. but no one can hear.
Nora Hortega
messages : 1105
inscrit le : 02/11/2018
©tumblr
age : twenty-three
statut civil : je suis encore là, avec toi. je ne suis nulle part d’autre qu’avec toi.
job/métier : waitress

relationship
relationship:

take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora EmptyMer 28 Nov - 16:47

tu refusais de croire que tu pouvais aimer les courbes féminines. d'imaginer rien qu'un instant, que la naïade qui se mouvait devant tes prunelles désabusées, pouvait te faire perdre la tête à ce point. elle n'était qu'un songe, une illusion. cette petite voix dans ton esprit, qui perdurait à dire que tu n'aimais que les hommes. que jamais une déesse ne pourrait t'atteindre. t'essayais de tout faire pour t'en tenir à ça. tu voulais pas tomber dans les travers de ce club. te lier d'une quelconque manière avec l'une des danseuses. éprouver de l'attirance pour cette blonde incendiaire, bien plus âgée que toi. ça ne rime à rien. t'as l'impression de devenir folle. que l'alcool t'es trop monté à la tête, que tu contrôles plus rien. tu sais pas si c'est la boisson, ou si c'est elle. si ton cœur s'emballe, à cause de son contact brûlant, qui te fait presque fondre sur place. tu te fais plus dure, tes iris deviennent plus sombres. t'as pas envie de te laisser dévorer par cette femme à l'appétit insatiable. elle devait avoir l'habitude, la parfaite panoplie pour les faire toutes tomber à ses pieds, même si elle te disait le contraire. elle te fait croire que t'es la seule, comme si t'étais exceptionnelle, comme si elle n'avait jamais eu d'yeux pour une autre que toi. foutaises. alors tu te démontes pas, tu t'approches d'elle, lui tirant presque les cheveux pour tenter de la faire taire. pour lui dire ce que tu ressens. cette bouche de pécheresse que tu aimerais mettre en sourdine. t'y allais pas par quatre chemins. t'étais déterminée et précise dans ton discours. toi, t'aimes les mâles. les beaux garçons musclés, attirants, virils. jamais tu t'es intéressée au sexe semblable. jamais t'aurais imaginé le battement rapide et incessant, de ton palpitant au creux de ta poitrine. jamais t'aurais pensé que ce serait pour elle. pour ses yeux de démon qui t'avaient envoûtée. alors, tu préfères nier l'évidence. tu la repousses encore, sans être persuadée de pouvoir lui résister la prochaine fois qu'elle s'approchera de toi. sa démarche de féline parfaitement calculée, elle revient poser ses griffes sur tes épaules. tu déglutis difficilement, t'essaies de ne pas être déstabilisée à son contact, tu restes imperturbable. elle te fait reculer de quelques mètres, ton dos venant heurter ce mur sauvagement, t'arrachant ce soupir que tu tentes d'étouffer. elle te dit qu'elle n'aime pas les femmes, mais qu'elle ne peut résister à l'envie de t'embrasser. t'as même pas le temps de réfléchir qu'elle empoigne ta nuque, et qu'elle vient s'emparer de tes lèvres. tes yeux s'écarquillent de surprise, t'es parcourue par ce courant électrique dès qu'elle te touche, et qu'elle t'embrasse. t'as envie de la repousser, mais t'en es incapable. parce que ça te plait au fond. parce qu'elle te rend dingue, et que tu peux pas lui résister infiniment. tu sens ses mains qui se promènent sur ton corps, qui te frôlent, désireuses de découvrir à nouveau tes courbes divines, qui lui ont fait tant d'effet. tes bras se relèvent instinctivement, tu sais pas si t'as envie de la pousser ou de la serrer plus fort contre toi, alors tu arrêtes ton geste. t'es comme son esclave, pendue à ses lèvres. tu la regardes intensément, t'es hypnotisée par ses yeux de biche. elle t'avoue que tu lui plais. ce n'est pas une surprise. mais toi t'es pas prête à en faire de même. respiration haletante, tu fronces les sourcils et tu te dégages à nouveau de son emprise, la repoussant plus fermement sur le côté. " laisse-moi tranquille. je veux pas faire ça. non. je veux pas. " dis-tu, moins sûre dans tes propos que précédemment. t'essaies de te convaincre de ces niaiseries, alors que tu sais son contact addictif. t'es déjà mordue, t'as déjà envie d'y retourner. mais tu veux pas, non tu veux pas. alors tu la laisses plantée là, et tu t'éclipses derrière le rideau. tu soupires, tentes de reprendre ton souffle après toutes ces émotions. t'arrives plus à supporter cette tension. tu veux pas céder. mais en même temps, t'en as tellement envie. t'es bête nora, parce que t'as aucune volonté. t'es même pas foutue de lui dire ce que tu penses vraiment. tu te voiles la face, tu fais comme si t'étais imperturbable, comme si tout allait bien. alors qu'elle venait de mettre le chaos dans tes convictions. toi, qui pensait n'être envoûtée que par les hommes. toi, qui était persuadée qu'elle ne te procurerait aucune sensation. tes doigts viennent s'égarer sur tes lèvres, tu retouches cet endroit où elle était reine, quelques secondes auparavant. cet endroit qu'elle dominait, et où elle avait laissé un manque. ce putain de manque que tu ressentais, que t'avais besoin de combler à tout prix. tu serrais les poings, consternée par ton cœur qui ne demandait qu'à retourner auprès d'elle. tu te détestais, de succomber pour cette beauté nébuleuse. ta vie n'était déjà que ruine, tu ne pensais pas pouvoir descendre plus bas, toucher le fond encore plus profondément. et bien tu te trompais. tes déboires ne se termineraient jamais. l'alcool t'embrouillait l'esprit, t'avais plus les idées trop claires. tu pensais juste à elle, à cette chaleur qui t'enivrait, lorsque son corps se collait contre le tien. alors tu te retournes, reviens sur tes pas, relevant ce rideau satiné pour le laisser se refermer derrière toi. tu la confrontes, assise à nouveau sur ce canapé en cuir. " qu'est-ce que tu m'as fait ? " grondes-tu, complètement désemparée de voir que ton attirance envers elle ne s'estompait pas. et comme un besoin irrépressible, tu t'avances vers elle, tes talons qui résonnent sur le sol, sa beauté illuminée par les néons rouges de la pièce. t'attrapes sa main fermement, la tire de ce canapé pour l'attirer jusqu'à toi. front contre front, vos souffles qui se mêlent. " t'es un vrai poison sophia. " dis-tu, dans un murmure, avant de répondre à ce manque insatiable. tes lèvres qui s'emparent des siennes, ce baiser fougueux que tu lui offres en réponse à ses provocations. t'arrives plus à te contenir, tu bouillonnes de l'intérieur. t'encadres son visage de tes mains possessives, et tu fermes les yeux. tu profites de ce doux cauchemar. de cette brûlure éphémère qui finira par s'estomper, une fois le jour levé.

@Sophia Chamberlain


© sign by .lollipops, gifs by me.
je donnerais ma vie pour la tienne
puisqu’elle est courte
incertaine et si fragile
puisqu’elle ne me laisse au fond aucune idée du temps qu’il me reste
puisque tu es le sens de la mienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://war-roses.forumactif.com/t1110-wake-me-up-when-september-
Contenu sponsorisé


take me along -- nora Empty
MessageSujet: Re: take me along -- nora   take me along -- nora Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
take me along -- nora
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azénora
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» Adénora Jones (TERMINE)
» [Match de Quidditch ]Serpentard/Poufsouffle Rp (Darren - Nora - Danny + Public)
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
war at the roses :: les à-côtés du rp :: que serais-ce arrivé si-
Sauter vers: